L'Institut Européen des Nouvelles Solutions en Psychologie
Liens
Nos prochaines dates

Liens, livres, sites

Liens, livres, ressources expliquant les constellations familiales

 

« Qu’est-ce que signifie « apprivoiser » ? dit le petit prince. –

C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie « créer des liens… »

(Antoine de Saint Exupéry)

 

 

Bibilographie

• Psychologies Magazine: Constellations familiales – un article par Eric PIGANI

Un article sur notre travail est également paru dans Pschychologies Magazines en décembre 2013 (Cahier Mieux Vivre), réalisé par Eric Pigani.

 

Les constellations familiales tiennent leurs bases théoriques de la thérapie familiale systémique.

Elles sont connues pour l’étude des systèmes familiaux d’origine à 3 ou 4 générations mais elles sont aussi très efficaces dans l’exploration des nœuds familiaux pour les couples, les familles nucléaires et les familles recomposées.

Martine, une jeune femme de 36 ans, a eu à l’âge de 20 ans un fils avec un homme qui est musicien et acteur de théâtre.

A leur séparation, 2 ans après la naisssance de l’enfant, elle a eu la garde de celui-ci.

Le garçon voit son père en principe au moment des vacances et en fonction des tournées de la troupe de théâtre, en fait et en pratique pas très souvent.

Elle a rencontré il y a 3 ans Jean, son compagnon actuel, médecin généraliste de 51 ans. Elle vit donc avec lui et elle a bien sûr son fils de 16 ans.

Martine travaille dans le département ressources humaines d’une grande entreprise.

Elle arrive avec un double problème:

– son fils de 16 ans est devenu irritable, colérique, ses résultats à l’école s’en ressentent.

– son nouveau compagnon n’est pas accepté par son fils, qui à table, garde maintenant le silence ou parfois même mange à la cuisine avant les adultes pour éviter la tension de la table familiale, se détache du foyer familial.

– Martine est aussi en colère contre Jean son nouveau compagnon car elle trouve que celui-ci ne prend pas sa place d’homme et de figure de conseil et d’autorité vis à vis de l’adolescent. Leur relation de couple est fragilisée alors qu’ils avaient évoqué la possibilité d’avoir un enfant ensemble.

Je propose à Martine d’explorer la configuration de cette famille recomposée.

Je lui demande donc de choisir des représentants pour ces 4 personnages: elle-même, le père de son fils, son fils et son nouveau compagnon

Elle place son fils à côté d’elle à sa gauche à environ 1 mètre, son nouveau compagnon est placé presque en face d’elle à environ 2 mètres légèrement à sa droite, il regarde vers elle.

Enfin elle a placé le père de l’enfant complètement à l’extrémité de la pièce à environ 5 à 6 mètres le dos tourné, il regarde dans la direction opposée aux 3 personnages.

Le fils ne peut donc pas voir le visage de son père…..

Ensuite les personnes qui ont été choisies disent à haute voix ce qu’elles ressentent: la représentante de Martine ressent une certaine tension et le poids de la responsabilité de cette famille, aimerait aussi que son nouveau compagnon se rapproche.

Le père de l’enfant se sent exclu et ne peut voir personne.

Le fils veut partir devant lui, le nouveau compagnon aimerait se rapprocher de Martine mais sent en même temps combien elle est en relation avec ce qui se passe sur sa gauche, son fils et son ex.

Puis je demande à Martine de rentrer dans la constellation à la place de sa représentante.

Je demande à Martine de se tourner vers son fils. Voit-elle les ressemblances entre son ex et son fils. Elle opine de la tête.

Je lui propose alors de dire la phrase suivante: « Je vois ton père en toi…. » Elle le répète Puis j’ajoute « ….et j’aime cette partie là ».

A ce moment, sa bouche s’ouvre mais son regard se fige. Ellle tourne la tête vers moi et m’avoue qu’elle ne peut pas dire ça.Je me tourne vers le représentant du fils chez qui ces propos ont déclenché un malaise palpable.

Martine a compris ce que ressent son fils: il se sent nié dans son être, car il est fait de la réunion de ces deux corps, et sa mère rejette cette partie qui lui vient de son père « je suis désolée » ajoute t-elle, « je n’y arrive pas. Je ne peux pas mentir » (Note pendant l’interview: explication sur la thérapie provocative : la proposition verbale faite à Martine rappelle la thérapie provocative de Frank Farrelly dans le sens où Martine touche soudain ce déchirement intérieur de ne pouvoir valoriser son fils).

Alors je viens à son aide: « il ne s’agit pas de mentir, tu as été amoureuse de cet homme, n’est-ce pas ? Elle répond que oui.

J’ajoute : »Comment est il? »

« Il est svelte, brun, de type espagnol, cheveux noirs, un bel homme, mais totalement irresponsable… » répond-t-elle.

Je lui demande de se tourner vers le représentant de cet homme, qui lui se tourne aussi vers elle, et de décrire ses sentiments d’alors, quand elle avait 20 ans.

« J’ai aimé ton corps, ton allure, ton sourire, ton nez je suis tombée amoureuse de toi… » dit-elle. Elle poursuit : « j’ai aimé ton originalité et ta créativité, ta voix quand tu chantes…. »

Le représentant de l’ex semble se détendre et est prêt à faire un pas en avant.

Le fils se tourne aussi vers le père et apprécie le rapprochement.

Le trio père-mère fils se resserre alors, dans une sorte de triangle équilatéral.

Nous proposons à Martine de dire au représentant du fils : « Lui, c’est ton père, c’est l’homme que j’ai aimé et le plus beau cadeau qu’il m’ait fait, c’est toi » « tu es né de notre amour ».

Le fils est tranquille, son visage s’est détendu.

Je me tourne vers Martine et lui demande d’essayer la phrase suivante :

« Tu peux être comme ton père »

Nous utilisons cette proposition ouverte qui contient plusieurs éléments :

C’est d’abord une phrase paradoxale dans le sens où elle prescrit à son fils de pouvoir être l’artiste, l’aventurier, l’original…et c’est aussi une validation de la loyauté au père

Au final cette phrase signe que la mère ouvre complètement la possibilité de transmission entre le père et le fils, ce qui est complètement nécessaire pour un garçon de 16 ans.

On appelle cela passer par la sphère d’influence du père pour intégrer le masculin en lui.

Martine le dit au fils et celui-ci regarde son père .

Le fils prend sa place en face de son père et de sa mère qui se sont sensiblement rapprochés.

Puis on propose à Martine une autre phrase, dire au fils : » mon nouveau compagnon n’est pas ton père, tu n’as rien avoir avec lui, il n’a rien à voir avec toi ».

(Cette phrase signe l’absence de lien de sang et le fait que le nouveau compagnon peut au mieux être un ami, mais que l’autorité et les impératifs de comportement dans la maison sont définis par la mère.)

Le cas de Martine est très représentatif de ce type de nœud familial. La position excentrée du père et le fait qu’il tourne le dos à la famille signe bien sûr une exclusion du système. Cette exclusion est un rejet par Martine de la présence mais surtout de l’influence du père.

On connaît en thérapie familiale le concept de malade désigné, à savoir que le comportement déviant ou les symptômes de l’ado signent en fait le malaise du système, le déséquilibre, et pose l’hypothèse que le symptôme de l’enfant aura tendance à disparaitre quand les parents résoudront leur conflit et que le système reviendra en équilibre.

Ces dernières années on a eu les découvertes scientifiques et même neurologiques que la période de l’adolescence est très volatile émotionnellement , Quand quelque chose est dérangé au niveau du système, l’ado va le montrer dans son comportement de façon encore plus intense.

Bien sûr pour une femme c’est difficile de valoriser son premier partenaire quand il y a de la violence, de la drogue ou une irresponsabilité de la part de celui-ci.

Donc nous ne disons pas que l’ ex est un ange et que Martine le rejette à tort, nous constatons simplement que l’enfant ou l’ado a une certaine loyauté et une identification avec le père comme partie de lui-même. Et que de dénigrer, rabaisser ou haïr cet homme va humilier la partie masculine du garçon.

C’est en tous cas ce que nous observons couramment chez le représentant du fils, dans nos constellations.

Il y a même des femmes qui sont très directes: dans le feu de la colère elles disent « Ah t’es bien comme ton père »

Donc le travail que nous effectuons est en fait une invitation pour la femme à considérer que, de toutes façons, un garçon de 16 ans doit trouver des références positives chez son père:

Même si ce père est un dealer ou un qu’il commet des délits, il doit pouvoir s’identifier à quelque chose chez lui: ça peut être la beauté, la puissance, l’originalité, la créativité, la virtuosité artistique, que sais-je encore….

Donc c’est une sorte de paradoxe, nous les invitons à trouver chez leur ex des qualités et des choses à admirer, au lieu d’insister sur leurs incapacités ou leurs défauts.

Revenons sur les phrases qui sont proposées en constellation. C’est une des caractéristiques de la méthode, qui provoque souvent des réactions critiques de la part des personnes qui n’ont jamais vu cette méthode en action. Elles ne sont en aucune façon des directives de comportement mais simplement des assertions brutes dont le contenu renvoie à un archétype.

Ici on a donc le père archétypique validé dans ses 3 dimensions : la dimension biologique (géniteur) et généalogique (qui inscrit le fils dans la lignée), mais aussi la dimension de père symbolique qui différencie et porte la Loi de l’interdit de l’ inceste.

Le mère en répétant la phrase « Je vois ton père en toi et j’aime cette partie –là », ou « l’autre n’est pas ton père » va se positionner par rapport à la validation de son ex comme père archétypique de l’enfant.

Toutes les phrases en constellation familiale, permettent au sujet de se situer par rapport à des archétypes, des alliances relationnelles, des loyautés inconscientes, la notion de justice familiale, l’équilibre du donné et du reçu dans la famille.

Ces interventions trouvent leur source dans les acquis de la thérapie familiale systémique telle que développée par Bateson et l’Ecole de Palo Alto aux USA dans le texte fondateur en 1956 puis les praticiens qui sont venus en Europe Boszormenyi Nagy, Mara selvini de l’Ecole de Milan

Sur le plan pratique les constellations mettent en jeu 3 langages juxtaposés :

– L’échange visuel et affectif qui renvoie aux travaux du psychanalyste et neurobiologiste Allan Schore sur la capacité du petit enfant à stocker dans son cerveau droit les multiples visages émotionnels de la mère et des premiers soignants.

– Un langage physique par le placement et le rapprochement éventuel des corps dans un mouvement de réconciliation et de résolution des séparations parent-enfant

– Un langage verbal à travers les propositions ouvertes énoncées par le thérapeute et les ancrages positifs qui favorisent la réconciliation et le lien de cœur au sein de la famille

(les noms et les circonstances ont été changés pour respecter la vie privée de nos clients)

 

 

• Bertold Ulsamer, Manuel des constellations familiales, édition Jouvence
• Gunthard Weber, Les liens qui libèrent, édition Jacques Granger
• Émilie Pécheul, Réenchanter son histoire familiale, petite introduction à la psychogénéalogie, édition Arsis, 2008
• Hellinger, Bert : Pour que l’amour réussisse, Guy Trédaniel 2004
• Minuchin, Familles en thérapie, Delarge, Paris 1979• Gunthard Weber, Les liens qui libèrent, édition Jacques Granger
• K.GROCHOWIAK, K Stresius, J. Castella : PNL et Reconstruction Familiale, Ed Jacques Grancher 2001
• Anne Ancelin Schützenberger  » Psychogénéalogie. Guérir les blessures familiales et se retrouver soi » (transgénérationnel, les secrets de famille)

• Boszormenyi-Nagy, Framo, Psychothérapies familiales, PUF, Paris 1965
• ANCELIN Schützenberger,  Anne :   Aie mes aïeux,  Ed.Desclée de Brouwer 1997
• MILLER,  Alice :  La connaissance interdite,  Aubier 1988
• SATIR, Virginia : Thérapie du couple et de la famille, Ed.Desclée de Brouwer 1982
• JANOV, ARTHUR : Le cri primal, Champs Flamarion
• Charles L. WHITFIELD, M.D, L’enfant en soi
• HOLITZKA M.et E. REMMERT, Guérir dans sa famille – La méthode des constellations familiales selon Bert Hellinger, Guy Trédaniel Editeur
• Gérard et Samaï Fossat, Une constellation de la famille actuelle et le couple, paru dans Soleil Levant, janvier 2003  lire ici

Sites

Un livre intéressant: LE JUMEAU PERDU, conte thérapeutique de Marie Eve Mespouille,  psychologue, auteure

Ce livre parle avec poésie et tendresse des pertes in utéro, mais il parle aussi des deuils, des pertes d’enfants plus âgés. Il aidera l’enfant (et ses parents) à comprendre ses émotions enfouies, et à se faire plus confiance pour sa vie. Pour retrouver le chemin perdu vers le jumeau qui nous a quitté, et recevoir de cette découverte toute l’énergie pour avancer vers une vie heureuse et joyeuse.

 

Top