L'Institut Européen des Nouvelles Solutions en Psychologie
Liens
Nos prochaines dates

Stages en constellations familiales


(Autres stage de développement personnel: cliquez ici)

Vers l’harmonie individuelle avec l’aide des constellations familiales de la psychogénéalogie et de l’approche systémique

Quelle est la véritable origine des conflits personnels et des problèmes relationnels? Quelles sont en nous les tendances inconscientes qui nous empêchent de vivre pleinement?

Une réponse à ces questions pourrait se trouver dans votre « constellation familiale ».

Nos comportements sont conditionnés par notre enfance et les relations avec nos proches. Mais il existe aussi une mémoire de notre tissu familial transmise à travers les générations.

L’étude de ce « modèle vivant » de la famille permet de découvrir quels événements ou quelles personnes d’un passé remontant parfois à plusieurs générations, pèsent aujourd’hui sur votre vie (personnes mortes jeunes, enfants mort-nés, un suicide, une immigration, un secret de famille…). Nos échecs relationnels et de couple, nos divorces, nos dépressions, nos maladies, des déboires professionnels ou les problèmes de nos enfants sont parfois en ligne directe avec ce passé.

Les constellations familiales éclairent et démêlent les intrications avec cette histoire familiale. Celle-ci peut alors devenir une force, un lien d’amour.

Une constellation pourrait être utile pour :

  • Clarifier et améliorer sa situation dans la famille, dans le couple ou dans le domaine professionnel
  • Eclaircir les problèmes liés au travail, aux comportements relationnels, à des perturbations physiques
  • Trouver sa juste place dans la vie et en tirer force et capacité d’action
  • Comprendre une situation actuelle, un passage difficile dans la vie, un divorce,
  • Comprendre des problèmes de couple, de stress, un burn-out, l’incapacité à prendre une décision au niveau personnel ou professionnel.
  • Mieux gérer l’éducation des enfants ou le comportement d’un enfant « difficile »

Note: Cette technique puissante nécessite un intervenant qualifié et le cadre protégé d’un séminaire de plusieurs jours de façon à effectuer une démarche approfondie et à intégrer toutes les dimensions du travail.

Ce travail commencé dans les années 1980 par Bert Hellinger. En France, Samaï et Gérard Fossat ont introduit cette approche au début des années 1990 et ont largement contribué au développement de cette technique. A noter : La Fédération FFPCS regroupe les praticiens francophones.

Stage de constellations familiales à thème ici

Voir une vidéo des constellations familiales :  cliquez ici

Un article sur notre travail est également paru dans Pschychologies Magazines en décembre 2013 (Cahier Mieux Vivre), réalisé par Eric Pigani.

 

Les constellations familiales tiennent leurs bases théoriques de la thérapie familiale systémique.

Elles sont connues pour l’étude des sytèmes familiaux d’origine à 3 ou 4 générations mais elles sont aussi très efficaces dans l’exploration des nœuds familiaux pour les couples, les familles nucléaires et les familles recomposées.

Martine, une jeune femme de 36 ans, a eu à l’âge de 20 ans un fils avec un homme qui est musicien et acteur de theâtre.

A leur séparation, 2 ans après la naisssance de l’enfant, elle a eu la garde de celui-ci.

Le garçon voit son père en principe au moment des vacances et en fonction des tournées de la troupe de théâtre, en fait et en pratique pas très souvent.

Elle a rencontré il y a 3 ans Jean, son compagnon actuel, médecin généraliste de 51 ans. Elle vit donc avec lui et elle a bien sûr son fils de 16 ans.

Martine travaille dans le département ressources humaines d’une grande entreprise.

Elle arrive avec un double problème:

– son fils de 16 ans est devenu irritable, colérique, ses résultats à l’école s’en ressentent.

– son nouveau compagnon n’est pas accepté par son fils, qui à table, garde maintenant le silence ou parfois même mange à la cuisine avant les adultes pour éviter la tension de la table familiale, se détache du foyer familial.

– Martine est aussi en colère contre Jean son nouveau compagnon car elle trouve que celui-ci ne prend pas sa place d’homme et de figure de conseil et d’autorité vis à vis de l’adolescent. Leur relation de couple est fragilisée alors qu’ils avaient évoqué la possibilité d’avoir un enfant ensemble.

Je propose à Martine d’explorer la configuration de cette famille recomposée.

Je lui demande donc de choisir des représentants pour ces 4 personnages: elle-même, le père de son fils, son fils et son nouveau compagnon

Elle place son fils à côté d’elle à sa gauche à environ 1 mètre, son nouveau compagnon est placé presque en face d’elle à environ 2 mètres légèrement à sa droite, il regarde vers elle.

Enfin elle a placé le père de l’enfant complètement à l’extrémité de la pièce à environ 5 à 6 mètres le dos tourné, il regarde dans la direction opposée aux 3 personnages.

Le fils ne peut donc pas voir le visage de son père…..

Ensuite les personnes qui ont été choisies disent à haute voix ce qu’elles ressentent: la représentante de Martine ressent une certaine tension et le poids de la responsabilité de cette famille, aimerait aussi que son nouveau compagnon se rapproche.

Le père de l’enfant se sent exclu et ne peut voir personne.

Le fils veut partir devant lui, le nouveau compagnon aimerait se rapprocher de Martine mais sent en même temps combien elle est en relation avec ce qui se passe sur sa gauche, son fils et son ex.

Puis je demande à Martine de rentrer dans la constellation à la place de sa représentante.

Je demande à Martine de se tourner vers son fils. Voit-elle les ressemblances entre son ex et son fils. Elle opine de la tête.

Je lui propose alors de dire la phrase suivante: « Je vois ton père en toi…. » Elle le répète Puis j’ajoute « ….et j’aime cette partie là ».

A ce moment, sa bouche s’ouvre mais son regard se fige. Ellle tourne la tête vers moi et m’avoue qu’elle ne peut pas dire ça.Je me tourne vers le représentant du fils chez qui ces propos ont déclenché un malaise palpable.

Martine a compris ce que ressent son fils: il se sent nié dans son être, car il est fait de la réunion de ces deux corps, et sa mère rejette cette partie qui lui vient de son père « je suis désolée » ajoute t-elle, « je n’y arrive pas. Je ne peux pas mentir » (Note pendant l’interview: explication sur la thérapie provocative : la proposition verbale faite à Martine rappelle la thérapie provocative de Frank Farrelly dans le sens où Martine touche soudain ce déchirement intérieur de ne pouvoir valoriser son fils).

Alors je viens à son aide: « il ne s’agit pas de mentir, tu as été amoureuse de cet homme, n’est-ce pas ? Elle répond que oui.

J’ajoute : »Comment est il? »

« Il est svelte, brun, de type espagnol, cheveux noirs, un bel homme, mais totalement irresponsable… » répond-t-elle.

Je lui demande de se tourner vers le représentant de cet homme, qui lui se tourne aussi vers elle, et de décrire ses sentiments d’alors, quand elle avait 20 ans.

« J’ai aimé ton corps, ton allure, ton sourire, ton nez je suis tombée amoureuse de toi… » dit-elle. Elle poursuit : « j’ai aimé ton originalité et ta créativité, ta voix quand tu chantes…. »

Le représentant de l’ex semble se détendre et est prêt à faire un pas en avant.

Le fils se tourne aussi vers le père et apprécie le rapprochement.

Le trio père-mère fils se resserre alors, dans une sorte de triangle équilatéral.

Nous proposons à Martine de dire au représentant du fils : « Lui, c’est ton père, c’est l’homme que j’ai aimé et le plus beau cadeau qu’il m’ait fait, c’est toi » « tu es né de notre amour ».

Le fils est tranquille, son visage s’est détendu.

Je me tourne vers Martine et lui demande d’essayer la phrase suivante :

« Tu peux être comme ton père »

Nous utilisons cette proposition ouverte qui contient plusieurs éléments :

C’est d’abord une phrase paradoxale dans le sens où elle prescrit à son fils de pouvoir être l’artiste, l’aventurier, l’original…et c’est aussi une validation de la loyauté au père

Au final cette phrase signe que la mère ouvre complètement la possibilité de transmission entre le père et le fils, ce qui est complètement nécessaire pour un garçon de 16 ans.

On appelle cela passer par la sphère d’influence du père pour intégrer le masculin en lui.

Martine le dit au fils et celui-ci regarde son père .

Le fils prend sa place en face de son père et de sa mère qui se sont sensiblement rapprochés.

Puis on propose à Martine une autre phrase, dire au fils : » mon nouveau compagnon n’est pas ton père, tu n’as rien avoir avec lui, il n’a rien à voir avec toi ».

(Cette phrase signe l’absence de lien de sang et le fait que le nouveau compagnon peut au mieux être un ami, mais que l’autorité et les impératifs de comportement dans la maison sont définis par la mère.)

Le cas de Martine est très représentatif de ce type de nœud familial. La position excentrée du père et le fait qu’il tourne le dos à la famille signe bien sûr une exclusion du système. Cette exclusion est un rejet par Martine de la présence mais surtout de l’influence du père.

On connaît en thérapie familiale le concept de malade désigné, à savoir que le comportement déviant ou les symptômes de l’ado signent en fait le malaise du système, le déséquilibre, et pose l’hypothèse que le symptôme de l’enfant aura tendance à disparaitre quand les parents résoudront leur conflit et que le système reviendra en équilibre.

Ces dernières années on a eu les découvertes scientifiques et même neurologiques que la période de l’adolescence est très volatile émotionnellement , Quand quelque chose est dérangé au niveau du système, l’ado va le montrer dans son comportement de façon encore plus intense.

Bien sûr pour une femme c’est difficile de valoriser son premier partenaire quand il y a de la violence, de la drogue ou une irresponsabilité de la part de celui-ci.

Donc nous ne disons pas que l’ ex est un ange et que Martine le rejette à tort, nous constatons simplement que l’enfant ou l’ado a une certaine loyauté et une identification avec le père comme partie de lui-même. Et que de dénigrer, rabaisser ou hair cet homme va humilier la partie masculine du garçon.

C’est en tous cas ce que nous observons couramment chez le représentant du fils, dans nos constellations.

Il y a même des femmes qui sont très directes: dans le feu de la colère elles disent « Ah t’es bien comme ton père »

Donc le travail que nous effectuons est en fait une invitation pour la femme à considérer que, de toutes façons, un garcon de 16 ans doit trouver des références positives chez son père:

Même si ce père est un dealer ou un qu’il commet des délits, il doit pouvoir s’identifier à quelque chose chez lui: ça peut être la beauté, la puissance, l’originalité, la créativité, la virtuosité artistique, que sais-je encore….

Donc c’est une sorte de paradoxe, nous les invitons à trouver chez leur ex des qualités et des choses à admirer, au lieu d’insister sur leurs incapacités ou leurs défauts.

Revenons sur les phrases qui sont proposées en constellation. C’est une des caractéristiques de la méthode, qui provoque souvent des réactions critiques de la part des personnes qui n’ont jamais vu cette méthode en action. Elles ne sont en aucune façon des directives de comportement mais simplement des assertions brutes dont le contenu renvoie à un archétype.

Ici on a donc le père archétypique validé dans ses 3 dimensions : la dimension biologique (géniteur) et généalogique (qui inscrit le fils dans la lignée), mais aussi la dimension de père symbolique qui différencie et porte la Loi de l’interdit de l’ inceste.

Le mère en répétant la phrase « Je vois ton père en toi et j’aime cette partie –là », ou « l’autre n’est pas ton père » va se positionner par rapport à la validation de son ex comme père archétypique de l’enfant.

Toutes les phrases en constellation familiale, permettent au sujet de se situer par rapport à des archétypes, des alliances relationnelles, des loyautés inconscientes, la notion de justice familiale, l’équilibre du donné et du reçu dans la famille.

Ces interventions trouvent leur source dans les acquis de la thérapie familiale systémique telle que développée par Bateson et l’ecole de Palo Alto aux USA dans le texte fondateur en 1956 puis les praticiens qui sont venus en Europe Boszormenyi Nagy, Mara selvini de l’Ecole de Milan

Sur le plan pratique les constellations mettent en jeu 3 langages juxtaposés :

– L’échange visuel et affectif qui renvoie aux travaux du psychanalyste et neurobiologiste Allan Schore sur la capacité du petit enfant à stocker dans son cerveau droit les multiples visages émotionnels de la mère et des premiers soignants.

– Un langage physique par le placement et le rapprochement éventuel des corps dans un mouvement de réconciliation et de résolution des séparations parent-enfant

– Un langage verbal à travers les propositions ouvertes énoncées par le thérapeute et les ancrages positifs qui favorisent la réconciliation et le lien de cœur au sein de la famille

(les noms et les circonstances ont été changés pour respecter la vie privée de nos clients)

 

 

Autres stages en constellations

STAGE Constellations  prénatales, le vécu avant notre naissance.

Stages en constellations familiales et prénatales - le vécu avant notre naissance

Notre histoire commence avant notre conception au moment où nos parents se rencontrent tout en étant pour chacun encore pris dans son histoire familiale.

Notre vie pendant 9 mois dans le ventre de notre mère est une fusion physique intense qui nous a donné les nutriments maternels mais aussi l’adrénaline maternelle, les changements émotionnels neurochimiques propres au vécu de notre mère.

Une étape de notre travail en constellations prénatales sera donc d’évoquer les événements et de reconstituer l’ambiance de cette époque, ce qu’a vécu notre mère, ce qu’ont traversé nos parents et notre système familial et ce qu’ils nous ont transmis avant notre venue au monde, en positif et en négatif.

Nous utiliserons aussi des photos de cette époque pour nous plonger encore plus dans l’histoire que racontent les visages et les corps à travers les albums familiaux.

Notre travail en constellations prénatales reprendra les personnes présentes autour de notre vie in utero et de notre naissance et les différentes relations en jeu quant à notre venue au monde. Nous pourrons ainsi prendre notre place dans le ventre de notre mère, laquelle sera placée au sein de sa constellation.

Puis nous pourrons, chacun à notre tour, revivre notre naissance et les premiers moments de notre vie, l’imprégnation maternelle et familiale précoce.

Le stage  » Constellations prénatales « est l’aboutissement du travail mené pendant 25 ans en thérapie primale, rebirth, exploration de l’enfant intérieur, constellations familiales et Festhaltentherapie selon Irina Prekop.

 

STAGE Constellations familiales :  Comprendre nos maladies et nos symptômes physiques associés

Stages en constellations familiales et maladies et symptômes

De plus en plus la médecine traditionnelle s’ouvre à l’hypothèse et à la possibilité que certaines maladies aient des liens avec des vécus psychologiques, conflictuels et douloureux. Le psychosomatique est désormais pris en compte.

Pratiquant la technique des constellations depuis de nombreuses années, nous nous sommes rendu compte que l’on peut représenter les symptômes physiques au moyen des constellations.

Cette démarche permet de mettre à jour des liens subtils entre le corps et le mental et de trouver des ressources et une force libérées au cours de ce travail, afin de mieux nous soigner.

Cela nous ouvre aussi des portes sur l’inconscient personnel et familial, qui peut changer notre rapport aux maux physiques, vers un mieux-être.

A noter: le travail en constellation ne promet ni diagnostic, ni miracle, et ne se substitue pas aux traitements médicaux.

 

STAGE Constellations familiales et les blessures d’enfance

Stages en constellations familiales et blessures d'enfance

L’enfant que nous étions s’est profondément imprégné de la richesse ou de la pauvreté des échanges et des mouvements affectifs au sein de sa famille. Ces élans fondamentaux, souvent endommagés dans la relation avec le père, la mère et les proches, peuvent être rapidement recontactés au moyen de techniques simples proches du « bonding » et adaptées aux constellations familiales. Nous pouvons ainsi littéralement nous « remplir » de cette confiance et de cette sûreté émotionnelle qui est capitale pour notre développement.

Contenu du stage : :

  • Apprentissage du travail de re-création des liens d’amour entre parents et enfants
  • Les évènements , des séparations et des blessures de la petite enfance
  • Mise en lumière des répercussions sur la vie d’adulte, notamment dans les relations.
  • Trouver des solutions adaptées à notre vie d’adulte

 

Voici un exemple pour monter comment la technique des constellations familiales est utilisable pour ressoudre des conflits dans une famille recomposée ou dans un couple séparé.

Un article sur notre travail est également paru dans Pschychologies Magazines en décembre 2013 (Cahier Mieux Vivre), réalisé par Eric Pigani.

 

Les constellations familiales tiennent leurs bases théoriques de la thérapie familiale systémique.

Elles sont connues pour l’étude des sytèmes familiaux d’origine à 3 ou 4 générations  mais elles sont aussi très efficaces dans l’exploration des nœuds familiaux pour les couples, les familles nucléaires  et les  familles recomposées.

Martine, une jeune femme de 36 ans, a eu à l’âge de 20 ans un fils avec un homme qui est musicien et acteur de theâtre.

A leur séparation, 2 ans après la naisssance de l’enfant, elle a eu la garde de celui-ci.

Le garçon voit son père  en principe au moment des vacances et en fonction des tournées de la troupe de théâtre, en fait et en pratique pas très souvent.

Elle  a rencontré il y a 3 ans Jean,  son compagnon actuel, médecin généraliste de 51 ans. Elle vit donc avec lui et elle a bien sûr son fils de 16 ans.

Martine travaille dans le département ressources humaines d’une grande entreprise.

Elle arrive avec un double problème:

– son fils de 16 ans est devenu irritable, colérique, ses résultats à l’école s’en ressentent.

– son nouveau compagnon n’est pas accepté par son fils, qui à table, garde maintenant le silence ou parfois même mange à la cuisine avant les adultes pour éviter la tension de la table familiale, se détache du foyer familial.

– Martine est aussi en colère contre Jean son nouveau compagnon car elle trouve que celui-ci  ne prend pas sa place d’homme et  de figure de conseil et d’autorité vis à vis de l’adolescent. Leur relation de couple est fragilisée alors qu’ils avaient évoqué la possibilité d’avoir un enfant ensemble.

Je propose à Martine d’explorer la configuration de cette famille recomposée.

Je lui demande donc de choisir des représentants pour ces 4 personnages: elle-même, le père de son fils, son fils et son nouveau compagnon

Elle place son fils à côté d’elle à sa gauche à environ 1 mètre, son nouveau compagnon est placé presque en face d’elle à environ 2 mètres légèrement  à sa droite, il regarde vers elle.

Enfin elle a placé le père de l’enfant complètement à l’extrémité de la pièce à environ 5 à  6 mètres le dos tourné, il regarde dans la direction opposée aux 3 personnages.

Le fils ne peut donc pas voir le visage de son père…..

Ensuite les personnes qui ont été choisies disent à haute voix ce qu’elles ressentent: la représentante de Martine ressent une certaine tension et le poids de la responsabilité de cette famille, aimerait aussi que son nouveau compagnon se rapproche.

Le père de l’enfant se sent exclu et ne peut voir personne.

Le fils veut partir devant lui, le nouveau compagnon aimerait se rapprocher de Martine mais sent en même temps combien elle est en relation avec ce qui se passe sur sa gauche, son fils et son ex.

Puis je demande à Martine de rentrer dans la constellation à la place de sa représentante.

Je demande à Martine de se tourner vers son fils.  Voit-elle les ressemblances entre son ex et son fils. Elle opine de la tête.

Je lui propose alors de dire  la phrase suivante: « Je vois ton père en toi…. » Elle le répète  Puis j’ajoute « ….et j’aime cette partie là ».

A ce moment, sa bouche s’ouvre mais son regard se fige. Ellle tourne la tête vers moi et m’avoue qu’elle ne peut pas dire ça.Je me tourne vers le représentant du fils chez qui ces propos ont déclenché  un malaise palpable.

Martine  a compris ce que ressent son fils:  il se sent nié dans son être, car il est fait de la réunion de ces deux corps, et sa mère rejette cette partie qui lui vient de son père « je suis désolée » ajoute t-elle, « je n’y arrive pas. Je ne peux pas mentir » (Note pendant l’interview: explication sur la thérapie provocative : la proposition verbale faite à Martine rappelle la thérapie provocative de Frank Farrelly dans le sens où Martine touche soudain ce déchirement intérieur de ne pouvoir valoriser son fils).

Alors je viens à son aide: « il ne s’agit pas de mentir,  tu as été amoureuse de cet homme, n’est-ce pas ? Elle répond que oui.

J’ajoute : »Comment est il? »

«  Il est svelte, brun, de type espagnol, cheveux noirs,  un bel homme, mais totalement irresponsable… » répond-t-elle.

Je lui demande de se tourner vers le représentant de cet homme, qui lui se tourne aussi vers elle, et de décrire ses sentiments d’alors, quand elle avait 20 ans.

« J’ai aimé ton corps, ton allure, ton sourire, ton nez je suis tombée amoureuse de toi… » dit-elle. Elle poursuit : «  j’ai aimé ton originalité et ta créativité, ta voix quand tu chantes…. »

Le représentant de l’ex semble se détendre et est prêt à faire un pas en avant.

Le fils se tourne aussi vers le père et apprécie le rapprochement.

Le trio père-mère fils se resserre alors, dans une sorte de triangle équilatéral.

Nous proposons à Martine de dire au représentant du fils : « Lui, c’est ton père, c’est l’homme que j’ai aimé et le plus beau cadeau qu’il m’ait fait, c’est toi » « tu es né de notre amour ».

Le fils est tranquille, son visage s’est détendu.

Je me tourne vers Martine et lui demande d’essayer la phrase suivante :

« Tu peux être comme ton père »

Nous utiliisons cette proposition ouverte qui contient plusieurs éléments :

C’est d’abord une phrase paradoxale dans le sens où elle prescrit à son fils de pouvoir être l’artiste,  l’aventurier, l’original…et c’est aussi une validation de la loyauté au père

Au final cette phrase signe que la mère ouvre complètement la possibilité de transmission entre le père et le fils, ce qui est complètement nécessaire pour un garçon de 16 ans.

On appelle cela passer par la sphère d’influence du père pour intégrer le masculin en lui.

Martine  le dit au fils et celui-ci regarde son père .

Le  fils prend sa place en face de son père et de sa mère qui se sont sensiblement rapprochés.

Puis on propose à Martine une autre phrase, dire au fils : » mon nouveau compagnon n’est pas ton père, tu n’as rien avoir avec lui, il n’a rien à voir avec toi ».

(Cette phrase signe l’absence de lien de sang et le fait que le nouveau compagnon peut au mieux être un ami, mais que l’autorité et les impératifs de comportement dans la maison sont définis par la mère.)

Le cas de Martine est très représentatif de ce type de nœud familial. La position excentrée du père et le fait qu’il tourne le dos à la famille  signe bien sûr une exclusion du système. Cette exclusion est un rejet par Martine de la présence mais surtout  de l’influence du père.

On connaît en thérapie familiale le concept de malade désigné, à savoir que le comportement déviant ou les symptômes  de l’ado signent en fait le malaise du système,  le déséquilibre, et pose l’hypothèse que   le symptôme de l’enfant  aura tendance à disparaitre quand les parents résoudront leur conflit et que le système reviendra  en équilibre.

Ces dernières années on a eu  les découvertes scientifiques et même neurologiques que la période de l’adolescence est très volatile émotionnellement , Quand quelque  chose est dérangé au niveau du système, l’ado va le montrer dans son comportement de façon encore plus intense.

Bien sûr pour une femme c’est difficile de valoriser son premier partenaire quand il y a de la violence, de la drogue ou une irresponsabilité de la part de celui-ci.

Donc nous ne disons pas que l’ ex est un ange et que Martine le rejette à tort, nous constatons simplement que l’enfant ou l’ado a une certaine loyauté et une identification avec le père comme partie de lui-même. Et que de dénigrer, rabaisser  ou hair cet homme va humilier la partie masculine du garçon.

C’est en tous cas ce que nous observons couramment chez le représentant du fils, dans nos constellations.

Il y a même des femmes qui sont très directes: dans le feu de la colère elles disent « Ah t’es bien comme ton père »

Donc le travail que nous effectuons est en fait une invitation pour la femme à considérer que, de toutes façons, un garcon de 16 ans doit trouver des références positives chez son père:

Même si ce père est  un dealer ou un qu’il commet des délits, il doit pouvoir s’identifier à quelque chose chez lui: ça peut être la beauté, la puissance, l’originalité, la créativité, la virtuosité artistique, que sais-je encore….

Donc c’est une sorte de paradoxe, nous les invitons à trouver chez leur ex des qualités et des choses à admirer, au lieu d’insister sur leurs incapacités ou leurs défauts.

Revenons sur les phrases qui sont proposées en constellation. C’est une des caractéristiques de la méthode, qui provoque souvent des réactions critiques de la part des personnes qui n’ont jamais vu cette méthode en action. Elles ne sont en aucune façon des directives de comportement mais simplement des assertions brutes dont le contenu renvoie à un archétype.

Ici on a donc le père archétypique validé  dans ses 3 dimensions : la  dimension biologique (géniteur) et généalogique (qui inscrit le fils dans la lignée), mais aussi la dimension de père symbolique qui différencie et porte la Loi de l’interdit de l’ inceste.

Le mère en répétant la phrase  « Je vois ton père en toi et j’aime cette partie –là », ou « l’autre n’est pas ton père » va se positionner par rapport à la validation  de son ex comme  père archétypique de l’enfant.

Toutes les phrases en constellation familiale, permettent au sujet de se situer par rapport à des archétypes, des alliances relationnelles, des loyautés inconscientes, la notion de justice familiale, l’équilibre du donné et du reçu dans la famille.

Ces interventions trouvent leur source dans les acquis de la thérapie familiale systémique telle que développée par Bateson et l’ecole de Palo Alto aux USA dans le texte fondateur en 1956 puis les praticiens qui sont venus en Europe Boszormenyi Nagy, Mara selvini de l’Ecole de Milan

Sur le plan pratique les constellations mettent en jeu 3 langages juxtaposés :

–       L’échange visuel et affectif qui renvoie aux travaux du psychanalyste et neurobiologiste  Allan Schore sur la capacité du petit enfant à stocker dans son cerveau droit les multiples visages émotionnels de la mère et des premiers soignants.

–       Un langage physique par le placement et le rapprochement éventuel des corps dans un mouvement de réconciliation et de résolution des séparations parent-enfant

–       Un langage verbal à travers les propositions ouvertes énoncées  par le thérapeute et les ancrages positifs qui favorisent la réconciliation et le lien de cœur au sein de la famille

(les noms et les circonstances ont été changés pour respecter la vie privée de nos clients)

 

 

Cliquez ici pour voir les intervenants des stages